top of page

DAVID WARNERY

Après avoir bourlingué durant plusieurs années entre l’Afrique et l’Europe, David Warnery a vécu sur l’île de Majorque aux Baléares. Aujourd’hui, il est agrégé de philosophie et enseigne à Nantes. Passionné de littérature, il se consacre à l’écriture romanesque.

 

La Balanguera est son deuxième roman.

D Warnery .JPG

« Espagne, fin des années 1930. La guerre civile oppose nationalistes et républicains. À Sollers, sur l’île de Majorque, l’amour naissant entre Diego et Maria s’en trouve bouleversé. Dès lors, leur vie tout entière empruntera des chemins imposés.

Des combats de la Cité universitaire de Madrid, au vol de l’or de la banque d’Espagne, des derniers secrets du chef communiste Santiago Carrillo à la mort du héros anarchiste Buenaventura Durruti, La Balanguera nous entraîne dans les arcanes de la grande histoire.

Cinquante ans plus tard, la fille de Maria et le fils de Diego découvrent la vérité et le passé tourmenté de Majorque.

Connaît-on jamais la vie de ceux qui nous sont les plus proches ? »

Quelques années auparavant, il publie les Rois sauvages, un roman-choc sur l’Afrique d’aujourd’hui : « 1967 : un enfant blanc disparaît sur une plage de Libreville. Son assassinat est escamoté par les protagonistes de l’époque. Meurtre politique, rivalité des sociétés pétrolières, vengeance personnelle, sorcellerie ? Vingt ans plus tard, Philippe, un coopérant français, remonte le temps pour mener son enquête. Celle-ci le mènera jusqu’aux portes de l’enfer ».

Écrit par un amoureux du Gabon d’après une histoire vraie, ce roman contient des révélations troublantes. Le lecteur est plongé dans l’atmosphère du Gabon des années 80, une époque où la vie facile de certains côtoyait l’extrême misère de beaucoup, où le système de la Françafrique favorisait les intérêts des compagnies pétrolières et d’une élite corrompue. Mais le roman aborde aussi le sujet trop longtemps ignoré des crimes rituels et, pour la première fois, livre des informations explosives sur leurs puissants commanditaires.

couv.jpg
bottom of page